Release - Joseph Arthur (The Graduation Ceremony)

Dossier - Le 31/07/2011 par Vince

L'été maussade vous donne également envie de vous évader sur une plage ou au beau milieu de nulle part? Une alternative plus simple existe: fermez les yeux, lancez le nouvel album de Joseph Arthur, The Graduation Ceremony, et voyez le résultat. Un talent confirmé à (re)découvrir sur Music To Know !



Depuis qu’il a été repéré par Peter Gabriel en 1996, avec qui il avait signé un contrat pour ses trois premiers albums, Joseph Arthur est resté un artiste pop-rock extrêmement actif au fil des années. Après avoir présenté l’année passée le tout premier album de son projet parallèle, Fistful of Mercy où il accompagne le grand Ben Harper, il revient cette année à la charge avec un tout nouvel album solo intitulé The Graduation Ceremony.

Les habitués ne seront ni surpris, ni déçus par ce nouvel opus. Sans jamais se répéter, Joseph Arthur nous offre une douzaine de ballades mélancoliques où les douces mélodies à la guitare s’enchaînent et s’entremêlent à coups d'oversampling, cette méthode, consistant à répéter une boucle pré-enregistrée pour pouvoir jouer seul une deuxième mélodie laissant continuer la première et dont il est un des grands initiateurs. Au final, celles-ci forment un ensemble qui nous laisse savourer cet album de bout en bout. L’ambiance intimiste très présente offre également à cet album une dimension particulière, elle nous ouvre une voie vers nos souvenirs et nous laisse seuls à nos pensées, comme si cet opus avait été écrit après avoir passé une nuit allongé au beau milieu d’un champ à méditer les yeux rivés vers les étoiles.

Alors qu’on se retrouve à rêver sur des morceaux tels que le magnifique « Horses » ou « Someone to love » alors que le ton se durcit et on sent une certaine pêche dans d’autres titres, parfaitement orchestrés pour tenir l’auditeur de bout en bout. Le piano, les choeurs et la batterie sur « Over the sun » nous amènent vers une montée assez joviale qui rend le morceau d’autant plus agréable à écouter et qui une fois de plus, touche précisément là où il le faut pour plaire ! Une autre touche de bonne humeur ne se pas attendre puisque le titre « Midwest » reprend de plus belle deux pistes plus loin, les chœurs, présents une fois de plus, offrent à cette douce ballade un côté rêveur qu’on aime tant. Sur « Call », on se laisse une directement envoûter par sa voix, très caractéristique et à la quelle on doit avoir du mal à résister tant elle nous plonge au cœur de nos émotions mais également au cœur de ce qu’il ressent, car même sur cd, il semble n’avoir aucun problème à faire passer ce qu’il veut faire ressentir. Pour clôturer, c’est « Love Never Asks You To Lie » qui prend les rennes, une sorte d’au revoir de trois minutes trente qui, lentement, laisse retomber l’atmosphère tout en nous laissant cette envie de remettre l’album au début et de l’écouter en boucle. Un au revoir, qui, on l’espère sera de courte durée avant le prochain opus de Joseph Arthur.

En bref, cet album est une véritable échappatoire, un pont vers un autre monde où on se sentirait en sécurité, un vrai cocon. A écouter seul, en famille, entre amis ou même en amoureux, il est à savourer sans modération et sans aucun risque de se lasser.






Suikerrock 2011

Publié le 01/08/2011

Tirlemont n’est pas uniquement connu pour son sucre...

10e édition du Brussels Summer Festival

Publié le 26/07/2011

10 days of Music and much more !

Suikerrock 2011

Lire la suite

10e édition du Brussels Summer Festival

Lire la suite



Atelier 210 Belgian Music Festivals Orange Every Day A Great Song Le Cadran Flyprint